Films vus en 2004

20 films
TitreNoteMoisRealisateurCommentaire
21 GrammesJanvierAlejandro González InárrituLe réalisateur parvient, à l'aide d'une réalisation précise et artistique, à sublimer le talent des acteurs qui se déchirent pour nous donner cetté émotion intense. Le suspense est parfait, le film aussi.
Lost in translationJanvierSofia CoppolaDes acteurs brillant qui relèvent pas mal cette fresque neo-décandante japonaise. La réalisation surprend mais le scénario comporte des longueurs. La note tient compte de la prestation de Bill.
Confidences trop intimesMarsPatrice LeconteUne superbe prestation de Luchini et Sandrine, le premier à contre-emploi, la seconde envoutante. La seule frustration de ce film réside dans l'absence de relation amoureuse entre ces deux-là.
Immortel ( ad vitam )AvrilEnki BilalQuelle ambiance ! Même si le mariage Synthèse-Humain n'est pas toujours symbiotique, les atouts de la BD se retrouvent dans cette fresque SFionesque !.
MonsterAvrilPatty JenkinsUn sujet grave dont l'approche originale nous plonge dans le monde de la prostitution merveilleusement interprété.
Viva LaldjérieMaiNadir MoknècheUn attachant tableau d'Alger et de ses contraintes quotidiennes. Le réalisateur nous pose de superbes plans de la ville et les acteurs s'attachent à nous faire vivre leus personnages avec une émotion sans réserver.
La mauvaise éducationMaiPedro AlmodovarReligion, pédophilie, homosexualité, transexualité, drogue. Pedro nous met le paquet et cela pourrait paraître un peu trop. Il n'en est rien, la caméra saisit ces vies interdites sans complexe, l'interprétation des personnages est sincère et sans faille. Un grand moment de cinéma.
Fahrenheit 09 / 11 JuinMicheal MooreUn sans faute pour cette démonstration sans faille. Le sujet est maîtrisé et nous laisse sans voix. Le genre va s'épuiser non Mick ?.
Just a kissJuilletKen LoachCette confrontation des cultures, personnes et religions est merveilleusement interprétée et filmée.
Ma vie sans moiJanvierIsabel CoixetUne histoire qui semblait plutôt intéressante. Comment vivre un drame de manière froide et déterminée ? Mme Coixet y parvient mais ne reste pas efficace jusqu'au bout, cette froideur nous a un peu trop refroidis...
Master and commander : de l'autre côté du mondeFévrierPeter WeirUne super réalisation et une photo impeccable. Une histoire méchants/gentils trop stéréotypée. Des personnages inexistants de personnalité ou trop bateau ( le jeune mousse, le jeune chef, ... ).
CompanyMarsRobert AltmanLe scenario est spécialement vide mais la beauté de la photo et des corégraphies est telle que ce Company là n'est pas bad quand même..
PodiumMarsYann MoixJe crois que le thème s'épuise. Même si le jeu des acteurs est criant de vérité ( autant criant que le mode de la vie là-bas ), le manque d'émotions de ce film n'arrive pas a être contrebalancé par la justesse de la mise en scène.
OsamaMarsSedigh BarmakJe crois que le thème s'épuise. Même si le jeu des acteurs est criant de vérité ( autant criant que le mode de la vie là-bas ), le manque d'émotions de ce film n'arrive pas a être contrebalancé par la justesse de la mise en scène.
Deux frèresAvrilJean-Jacques AnnaudIl faut avouer le JJ a poussé fort le côté familial de ce nouvel opus animalier. Il en reste néanmoins une formidable maîtrise des animaux, de leurs réactions poussant le réaliste et son émotion à l'extrème
Starsky et HutchAvrilTodd PhillipsUne reproduction un peu plus moderne de la série mais néanmoins fidèle. La vision de ce film laisse quand même supposer que la série a pris un sérieux coup de vieux.
Cause toujours !JuilletJeanne LabruneCe film est assez mal dirigé tant les acteurs cafouillent en cadence. L'originalité du scénario vient donner un petit ballon d'oxygène juste avant la fin mais ca ne suffit pas.
UzakJanvierNuri Bilge CeylanUn jeu d'acteurs pas si extraordinaire que ça même s'ils sont bons, photo et image très soignées, scénario inexistant, trop long et creux quand même.
RRRrrr!!!FévrierAlain ChabatAllez, peut-être 3 minutes et 10 secondes de scène rigolotes. L'absurde cotoie la parodie sans jamais vraiment faire mouche.
Coffee and cigarettesAvrilJim JarmuschCet ensemble de court-métrages démarre dans un décalage intéressant de la vie des stars. Il se poursuit malheureusement de plus en plus lentement de ce crénau. La méconnaissance personnelle des starts m'a sûrement achevé du plaisir.